Revue de Presse

Perte d'autonomie : Relever le défi du financement


La crise et l'après : les revendications CFDT...


Journée de l'Europe 2020


Brief conjoncture Avril 2020


[Entretien] Pierre Rosanvallon : “Il va y avoir un appel à un État plus solidaire”


Affirmer ne pas vouloir embaucher de personnes LGBT viole le droit de l'UE


REFORME DES RETRAITES : Une réforme plombée par l’obsession budgétaire


CFDT : Premier syndicat en France


Réforme du code du travail : Les ordonnances validées par le Conseil constitutionnel


Négociation obligatoire : 3 choses à retenir des Ordonnances Macron


Licencier, c'est facile et c'est pas cher


Inégalités : Les riches tirent-ils l'économie ?


Harcèlement sexuel : un fait unique, une réparation double


Aux prud’hommes de Lorient, plus de la moitié des conseillers sur le départ


[Le progrès en tête !] Toutes et tous au rassemblement militant du 3 octobre


Flexibilité de l'emploi : les perdants du modèle allemand


Nokia : 600 emplois sont menacés


Travailleurs pauvres en Allemagne - Ce qui nous attend ?


BAISSE DES APL : La CFDT demande au gouvernement de renoncer


Pôle emploi : quand le privé prend les choses en mains


MORT DE SIMONE VEIL


Loi Travail : C'est une réforme inquiétante et désespérante


La CFDT devient le premier syndicat auprès des salariés du privé au niveau national, devant la CG


Relever l'âge de départ à la retraite: bon pour le PIB, inefficace sur le chômage


La réduction du temps de travail : une bataille de longue haleine


Ensemble, remettons la réduction du temps de travail au coeur du débat public


Grève du 31 mars : à la CFDT, la base se rebiffe contre Laurent Berger


Attention Danger - Mobilisation le 31 Mars


Le Symétal CFDT Sud Francilien s'oppose au projet de loi de réforme du droit du travail


Droit du travail : une réforme directement inspirée de propositions du Medef et de la droite


Goodyear : d'une violence l'autre


PRISON POUR LES GOODYEAR


Valls et le retour du plafonnement des indemnités prud'homales


France-Taux de chômage au plus haut depuis 18 ans


LA SANTE DES SALARIES


Le jackpot du patron d'Alcatel relance la polémique sur les «parachutes dorés»


Nouvelle offensive pour reconnaître le burn out comme maladie professionnelle


Macron décrète la modernisation générale


Les cadres décrochent après... 52 minutes de réunion


Retraites complémentaires: les syndicats se mobilisent, le Medef recule


Les négociations sociales restent suspendues


Quand un patron augmente ses salariés après avoir lu Piketty


La CFDT exclut toute remise en cause du compte pénibilité


Perte d'autonomie : Relever le défi du financement

Publié par Par Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale CFDT le 25-05-2020

Les deux projets de loi qui sont soumis aujourd’hui aux conseils d’administration des caisses de sécurité sociale abordent chacun deux questions majeures pour l’avenir de notre protection sociale : la prise en charge de la dette sociale et celle de la perte d’autonomie.


La CFDT se réjouit de la création d’un financement public et solidaire pour la perte d’autonomie, ce qu’elle revendiquait depuis longtemps, et l’approuve donc fortement. Un pas important est franchi avec la préfiguration d’un 5ème risque, pour les personnes en perte d’autonomie, leurs proches et les professionnels qui les accompagnent.

Elle s’inquiète, en revanche, que la seule mesure concrète en matière de financement consiste en l’affectation de 0,15 point de CSG à la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) à compter du 1er janvier… 2024 ! Personne n’imagine que la situation dramatique que connaissent les Ehpad et le maintien à domicile puisse perdurer quatre années encore. C’est dès maintenant que de nouvelles ressources doivent être dégagées pour améliorer la prise en charge de la perte d’autonomie, et plus globalement du secteur de la santé.

La CFDT en mesure toute la difficulté, dans une période où il est inenvisageable d’entraver la reprise en réduisant la consommation des ménages et l’investissement des entreprises. -sa proposition de taxation au premier euro de toutes les successions et donations ne tombant justement pas dans ce travers-.

Cette difficulté peut être surmontée si on adopte une autre stratégie pour financer la dette sociale que celle proposée par les deux textes soumis à notre appréciation.

Pour la CFDT, il existe une autre voie :

  • Globaliser le déficit des assurances sociales dû à la crise du Covid-19 et le faire prendre en charge par l’État, qui jouerait ainsi son rôle d’assureur en dernier ressort pour la protection sociale comme il a pu le faire vis-à-vis des entreprises depuis deux mois.
  • Prolonger la durée de vie de la CADES de quelques années, mais pour réaffecter, dès maintenant, une partie des ressources qui lui sont dédiées au secteur de la santé et de la perte d’autonomie, pas pour résorber de nouvelles dettes.
  • Enfin, concrétiser bien avant 2024 le financement de la perte d’autonomie à la hauteur des besoins connus, notamment grâce aux nombreux rapports publiés sur le sujet.

C’est pourquoi la CFDT, dans les caisses de Sécurité sociale, invite le gouvernement et la représentation nationale, au travers des avis qu’elle y portera, à intégrer dès l’examen des textes de loi, des mesures en ce sens.

Le communiqué de presse à télécharger ici